MT Lab Zoom #8 : Covid 19 - Le marketing de la relance touristique

Avec Emmanuelle Legault Vice-présidente Marketing et Stratégie chez Tourisme Montréal & Sébastien Viau Vice-Président vente et marketing chez l’Alliance de l’industrie touristique du Québec

État de la situation chez l’Alliance de l’industrie touristique du Québec (AITQ)

Sébastien Viau : 

L’AITQ est passé par les phases de gestion de crise, d’acceptation et de prise de décision difficiles et se trouve maintenant en début de phase de relance. Les discussions portant sur la relance ont véritablement commencé cette semaine avec une vision beaucoup plus positive du futur rapproché.

Afin d’avancer, l’AITQ a décidé de prendre parti vers une scénario où notre organisation devra nécessairement changer et n’aura donc plus les mêmes fonctions qu’auparavant. Une restructuration sera donc inévitablement..

L’AITQ prendra une approche beaucoup plus local en visant majoritairement intra-québec et local, ce qui n’était pas sa mission principal auparavant (la promotion touristique du Québec à l’international).  Les campagnes marketing viseront donc , pour débuter,, principalement l’intra-québec et lorsque la population pourra recommencer à voyager en voiture, l’AITQ visera ensuite les provinces voisines et les États américains limitrophes.

État de la situation chez Tourisme Montréal

Emmanuelle Legault :

Au niveau de la planification, Tourisme Montréal a d’abord retravaillé la définition de ses marchés géographiques prioritaires. De cela est ressorti la notion d’hyper local, soit de travailler à même la population montréalaise, ce qui n’était pas sa mission principal auparavant (la promotion touristique de Montréal au touriste). 

Tourisme Montréal se doit de travailler à rebâtir Montréal et rebâtir son économie et plus précisément celle de ses membres. De ce fait, l’organisation travaillera à fédérer l’offre et ses partenaires autour de cette nouvelle mission au niveau hyper local afin d’ensuite pouvoir s’ouvrir au reste du Québec.

Suite à cela, il y a tout à croire que les premières personnes qui se remettront à voyager seront les voyageurs d’affaires ainsi que les diasporas qui souhaiteront visiter leur famille éloigné. Tourisme Montréal travaillera donc ses campagnes marketing pour viser ces clientèles.

Comment pensez-vous travailler la question du contenu marketing?

Emmanuelle Legault :

Depuis plusieurs années, Tourisme Montréal ne communiquait essentiellement qu’avec les visiteurs. L’organisation doit aujourd’hui faire un 180° en engageant cette fois-ci la conversation avec les montréalais directement. Cette approche requiert énormément d’empathie et de diligence cependant. 

Tourisme Montréal crée aujourd’hui  du contenu pouvant permettre aux citoyens de redécouvrir leur ville à partir de chez soi et en envoyant divers messages d’espoir. L’organisation souhaite surtout mettre de l’avant les initiatives locales tel que celles proposées par les startups du MT Lab par exemple.

Sébastien Viau :

Selon la nouvelle perspective de l’AITQ qui n’avait jamais fait de promotion au niveau intra-Québec, c’est aussi un aussi un virage 180° pour nous. L’organisation travaille en ce moment sur une campagne d’espoir qui sera lancé  dans les prochains jours au niveau de l’industrie touristique. Les diverses entreprises touristiques pourront la récupérer et la mettre à leurs couleurs.

Dans la relance, où se trouve le besoin d’innovation?

Emmanuelle Legault :

  • Tourisme Montréal travaille présentement beaucoup avec Jonathan Rouxel de Prologue AI afin de continuer le projet de la Voix de Montréal qui aura toute sa place dans la relance puisque ce projet vise à réinventer l’accueil. 
  • L’innovation passera nécessairement par les nouvelles mesures d’hygiène et de sécurité, peut-être sous la forme d’un sceau de qualité pour toutes les entreprises et organisations respectant les mesures.
  • Il y a aussi la notion de retravailler l’offre sous forme de forfait pour les montréalais en les poussant à découvrir leurs villes avec les divers partenaires touristiques. Ceci pourrait être fait via une plateforme par exemple.
  • Dans le contexte des marchés d’affaires et des congrès, il sera dorénavant difficile de faire venir les planificateurs en visite d’inspection à destination. Il faudra donc repenser les moyens et outils utiliser pour faire visiter de façon virtuel à ces professionnels la destination.

Sébastien Viau :

  • Avec un point de vu différent, au niveau de la commercialisation c’est toujours  assez simple d’avoir de nouvelles idées.
  • L’industrie du tourisme devra se renouveler et se réimaginer, surtout au niveau sanitaire et sécuritaire avec cette nouvelle notion de pandémie. Tout ce qui est manipulation et échange sera à retravailler dans le parcours d’expérience des visiteurs.